Elle s'appellait Sarah

Publié le 27 Février 2017

Bonjour à toutes et à tous,

Comme vous le savez sans doute, le blog fête aujourd'hui ses 2 ans, 2 ans de plaisir et de partage cinématographique, 2 ans qui n'auraient pas été possible sans vous. C'est pourquoi cette année j'ai demandé à plusieurs personnes d'écrire des critiques d'un film, afin de faire un mois spécial avec en tout un dizaine d'articles qui sortiront un jour sur deux à 9h !

Je vous laisse tout de suite avec le premier d'entre eux, Elle s'appellait Sarah écrit par Attrianera.

Elle s'appelait Sarah de Gilles Paquet-Brenner.

 

Comment le père des Gomez et Tavarès a t il réussi à faire un tel film? C'est la première réflexion qui vient à l'esprit après avoir vu ce film. 
La shoah, sujet périlleux si il en est, difficile à traiter, est traitée avec une infinie justesse qui désarme le pathos et laisse pénétrer l'émotion. Les divers thèmes, le deuil, l'identité, la mémoire s'enrichissent mutuellement en s'articulant autour de deux figues féminines: la survivante en sursis et la passeuse de mémoire.

Ce qui m'aura le plus marqué dans ce film c'est l'évolution douloureuse et

incertaine de la survivante. La détresse éclate et infuse l'âme du personnage, telle une fleur morbide et emporte le spectateur dans son sillage. C'est poignant, douloureux, bouleversant et pénétrant.

Le casting harmonieux et sans fausse note porte le film jusqu'au bout.

Voilà, cet article est à présent terminé, j'espère qu'il vous a plu. On se retrouve d'ici peu pour le prochain article, en attendant portez-vous bien et surtout...

Bon visionnage !!!

Rédigé par Maxime Marquès

Publié dans #Drame, #Mois spécial anniversaire

Repost 0
Commenter cet article